Découvrez le dispositif KAÏROS

Kaïros Guyane, volet détention.

Le Kaïros fait référence à l’action qui consiste à se saisir du moment opportun, de l’occasion favorable. En ce qui nous concerne, notre projet entend permettre à des personnes en situation de marginalité socio-spatiale d’obtenir des informations qui leur permettraient une meilleure insertion socio-sanitaire en détention et hors les murs.

Initialement, notre projet entendait porter uniquement sur les facteurs favorisant ou entravant le suivi post-carcéral des personnes vivant avec le VIH (pvVIH) de Guyane. Il fut difficile de mettre en place des actions en détention uniquement pour ce public sans renforcer la marginalité sociale de cette population qui porte « déjà » tant de stigmates. Ce faisant, très vite, nous avons intégré la problématique « de l’addiction » car un nombre non négligeable de personnes de notre public d’étude sont confrontées aux conduites et pratiques addictives. Nous avons donc adapté nos actions en prenant en considération la réalité guyanaise. En suivant une logique d’adaptation et d’utilité sociale, nous tendons à nous diriger vers une démarche de promotion de la santé et d’éducation pour la santé en milieu carcéral (approche globale).

Le projet Kaïros est à saisir comme étant un dispositif qui vise à améliorer la situation socio-sanitaire des populations vulnérables installées en Guyane. La particularité de ce projet réside dans le fait que c’est à partir d’un travail mené auprès d’un public spécifique : les pvVIH ayant connu un épisode carcéral, que nous avons pu monter en généralité et ainsi identifier des difficultés d’ordre socio-sanitaires rencontrées par un public vulnérable. Dans de nombreuses situations, des solutions (ou à défaut, des propositions) ont été apportées.

Les objectifs de ce projet interdisciplinaire sont :

  • D’identifier les facteurs favorisant ou entravant le suivi post-carcéral.
  • De faciliter l’orientation post-carcérale du public d’étude.
  • De participer à l’insertion socio-sanitaire des personnes « détenues et ex- détenues » en traitant des enjeux de la Réduction Des Risques : RDR (risques sexuels et risques liés à l’usage des drogues).
  • De participer à l’amélioration du réseau partenarial et des collaborations pluridisciplinaires de Guyane.
  • D’évaluer les dispositifs existants afin d’en mesurer la pertinence.

Collaborateurs du projet Kaïros, une équipe interdisciplinaire :

SPIP (Directeur Fonctionnel des Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation : Frédéric Subileau), Directrices de détention (Flore Leclerc et Céline Defranoux), Praticien hospitalier (Florence Huber) et un Sociologue (Madame Guéda Gadio).

Le financement :


Le contrat d’initiation obtenu par l’ANRS a permis en novembre 2015 d’amorcer le projet Kaïros. Ce dernier a ensuite obtenu des financements de la Mission des Services Pénitentiaires de l’Outre-Mer (via une enveloppe MILDECA nationale) en 2016, 2017, 2018, 2019; de l’ARS de Guyane en 2016, 2017, 2018, 2019; de la MILDECA locale en 2018 et du Fonds pour le Développement de la Vie Associative (FDVA) en 2018.

Ces financements ont favorisé la mise en place du projet Kaïros dans sa globalité, c’est-à-dire aussi bien le volet recherche que le volet opérationnel.